DANSE – MÉMOIRE DE LA FEMME JUMENT

«Mémoire de la femme jument / Création II » Chorégraphie et interprétation : Saïda Naït-Bouda –

« Aller aux sources et entendre la voix des ancêtres abolit la falsification des images imposées par notre monde et créent une trace. Une trace d’ici et maintenant qui parle de beaucoup de gens, de beaucoup de morts et qu’il est urgent pour moi
de partager. » S. Naït-Bouda

altspectacle est dédié à Cinzia Menga,  chorégraphe-danseuse classique, contemporaine et Butô, qui m’a consacré son temps et son énergie afin de construire ma danse et mon écriture chorégraphique. 1re présentation au Blonba de Bamako dans le cadre des rencontres photographiques africaines 2011. Au-delà de l’esthétique, Mémoire de la femme jument est un voyage dans la mémoire personnelle et collective.

La quête d’une femme que l’on pourrait appeler une « sans terre », une « sans racine »Pour comprendre une histoire non racontée et falsifiée, il a fallu à l’auteure l’aborder au plus profond d’elle-même et de sa culture, c’est-à-dire par les musiques, les chants, les danses. Mémoire de la femme jument est un vibrant hommage aux danses et aux cultures traditionnelles, en tant que chemin de mémoire inscrit dans le patrimoine de l’humanité. Dans le cadre de L’autre danse, centre de recherche des danses d’Afrique du Nord, Saïda Naït-Bouda participe activement à l’éclosion et au  développement de nouvelles écritures propres à ces danses.

En 12 ans, ne cessant de s’opposer à la folklorisation à outrance de ces patrimoines, elle élabore sa propre technique de danse à partir de trois axes complémentaires : sciences arabes, enracinements berbères, rituels de transe. Sa démarche artistique s’appuie sur les voyages en immersion et se développe sur plusieurs fronts : puiser aux sources des danses traditionnelles et développer une écriture contemporaine intégrant les sources archaïques du mouvement. Elle est directrice artistique pour une carte blanche de 3 semaines au Centre National de la danse, projet de découverte autour des danses algériennes comprenant création danse, ateliers, conférences, projet labellisé par le  Commissariat français de «Djazaïr, année de l’Algérie 2003 ».

Elle crée Les Barbaresques (2003) pour 5 musiciens et 2 danseuses, projet de ville offrant danse, bal, ateliers autour de la diaspora algérienne. Made in Taiwan, projet labellisé par le Ministère de la culture dans le cadre de « 2008, année du dialogue interculturel », est un spectacle pluridisciplinaire pour 5 danseuses mêlant images d’archives, musique et littérature. Depuis 2008, elle nomadise entre l’Afrique de L’Ouest et l’Afrique du Nord où elle engage ses forces créatrices sur des voies non balisées et des collectages in situ.

Chorégraphie et interprétation : Saïda Naït-Bouda
Texte « La rapatrie »: Sofian Naït-Bouda.
Texte « Mon voyage »: Saïda Naït-Bouda
Direction artistique : Aly Karembé
Images : Shanana Collectif Yeta
Compagnie : L’autre danse
Co – réalisé avec le Blonba de Bamako
Conseil artistique : Isabelle Maurel

www.lautredanse.com – communication@lautredanse.com
Contact : Pascale RO UX, chargée de production et de communication 06 77 84 85 51

Au CCA Paris le VENDREDI 15 FÉVRIER À 20H30

Suivez nous sur :

No Comments

Leave a Comment